Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 12:42

Ce que j’ai retenu du discours du nouveau premier ministre Manuel Valls, c’est qu’il a parlé comme un comptable en chef, pour faire respecter les durs critères européens et demander de tailler en pièces l’architecture des collectivités locales.

Concernant l’Europe, je n’ai pas entendu la moindre allusion au fait que des négociateurs européens et américains ont entamé dans le plus grand secret des discussions depuis le mois de juillet dernier sur un projet de partenariat de commerce et d’investissement. Ce projet est si grave et inquiétant que la Commission de Bruxelles comme François Hollande veulent aller vite. En effet, n’a-t-il pas déclaré le 11 février dernier à Barack Obama : «Nous avons tout à gagner à aller vite. Sinon nous savons bien qu’il y aura une accumulation de peurs, de menaces, de crispations.» Ce projet, au seul service des grands fonds financiers et des multinationales, se double d’un autre, celui que les Etats-Unis négocient avec la quasi-totalité des pays d’Asie, à l’exception de la Chine, pour un accord baptisé Transpacific Partners Ship (TPP). Pour accélérer cette guerre commerciale et économique, le projet de marché transatlantique vise à abolir tous les droits de douane entre l’Union européenne et les Etats-Unis, mais aussi ce que l’on appelle «les obstacles non tarifaires», c'est-à-dire toutes les règles, toutes les lois et normes de droit qui protègent les citoyens, la démocratie, les droits sociaux, l’environnement. Et pour être sûrs d’atteindre les objectifs, on discute à Washington et à Bruxelles de la mise en place de ce que l’on appelle «un tribunal arbitral privé» qui, par-delà les gouvernements et les parlements nationaux, européens ou américains, érigerait de nouvelles normes de droit au seul profit des multinationales. Quand on sait que l’Union européenne et les Etats- Unis représentent ensemble près de la moitié du PIB mondial (47%) et un tiers des flux commerciaux mondiaux on peut se faire une idée de l’ampleur des ces enjeux pour les marchés financiers.

Les élections européennes vont être un moment important pour déchirer le voile qui camoufle aujourd’hui ce dangereux projet, car le Parlement européen aura à donner son avis. Raison de plus de rejeter ce projet au service des multinationales, tout en défendant l’amitié et la coopération entre nos pays et les peuples d’Amérique.

Auguste Bechler

Partager cet article

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Points de vue
commenter cet article

commentaires

Adhérez!

adhesion-oeillet-480.jpg

Rechercher Dans Le Site

Contacts

Contacter la fédération :
PCF Fédération du Haut-Rhin
9 rue de Bantzenheim
68100 Mulhouse
Mail
Contacter le webmaster :
pcfhautrhin[at]gmail[point]com