Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 21:29

Lundi 19 novembre, la direction nationale et la fédération du Val de Marne du PCF ont rendu un hommage à Georges Marchais à l’occasion du quinzième anniversaire de sa disparition, en présence de sa famille et de nombreux camarades.

Issu de la grande famille des mineurs de potasse, j’ai été élu secrétaire de la fédération du Haut-Rhin du PCF en 1969. C’est à ce titre qu’il m’a été donné de rencontrer pour la première fois, avec mes camarades des autres départements, Georges Marchais. De ce premier contact j’ai gardé le souvenir d’un dirigeant, bien que confronté à de lourdes responsabilités dans le contexte politique national et international d’alors, profondément humain, à l’écoute des préoccupations et projets dont les communistes haut-rhinois m’avaient chargé de lui faire part.

A partir de 1976, en tant que membre du comité central j’ai eu l’occasion de le côtoyer très régulièrement et d’échanger avec lui. En été 1977 il consacré une semaine entière à entrer personnellement en contact, aussi bien avec les travailleurs des usines, des bureaux, des services publics, qu’avec les différentes catégories d’agriculteurs d’Alsace, porteur de propositions audacieuses pour l’actualisation du programme commun des partis de gauche. Il avait une vision lucide sur le fait que déjà à l’époque, le système capitaliste étendait son exploitation à l’échelle de la société française tout entière et que, dans ces conditions rien ne pouvait réellement et durablement changer dans notre pays sans l’union en un puissant rassemblement largement majoritaire de tous les hommes, de toutes les femmes qui ont intérêt au changement. Ce fut aussi l’occasion pour lui d’affirmer solennellement que, le PCF s’était engagé au niveau des institutions afin que la mère-patrie qui a sacrifié sur l’autel de la collaboration de classe, les jeunes Alsaciens-Mosellans par l’incorporation de force dans la Wehrmacht, leur reconnaisse enfin le statut de victimes du nazisme.

Jamais je n’oublierai l’ambiance à la fois de liesse et d’espoir combatif, que George Marchais avait su transmettre à la foule nombreuse de femmes, d’hommes et de jeunes gens, rassemblés au grand meeting qu’il avait animé à la salle des fêtes de Wittelsheim.

Auguste Bechler

fete fed-1977tif

photo mise à disposition par Pierre Dolivet

Partager cet article

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Evénements
commenter cet article

commentaires

Yves Lourdel 25/11/2012 23:00

Merci Gusti de rappeler ces bons souvenirs. Je me rappelle qu'au meeting de Wittelsheim nous avions eu à faire face à une alerte bidon à la bombe. Et par la suite le lendemain un déjeuner improvisé
à la pizzéria Nelsolino de Mulhouse où le personnel avait fait dédicacer des assiettes à.G.M. Il y avait dans la délégation Paul Laurent et son épouse (Parents de l'actuel secrétaire général) que
nous hébergion à la maison à cette occasion. Quelques années plus tard, un des serveurs du Nelsolino, devenu patron du Régent à Thann (aujourd'hui fermé comme hélas beaucoup de commerces de cette
ville) nous a dit avoir gardé précieusement ces assiettes. Il se reconnaîtra s'il me lit.
Yves Lourdel




Yves Lourdel.

Adhérez!

adhesion-oeillet-480.jpg

Rechercher Dans Le Site

Contacts

Contacter la fédération :
PCF Fédération du Haut-Rhin
9 rue de Bantzenheim
68100 Mulhouse
Mail
Contacter le webmaster :
pcfhautrhin[at]gmail[point]com