Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 19:16

Interprétant la Résolution de l'ONU à leur manière, les grandes puissances (néo)coloniales - USA, France et Grande-Bretagne, ont  privilégié l'intervention militaire en Libye, au lieu de faire le choix d'une transition démocratique pacifique. Sous le nom de marketing "Communauté internationale", elles jouent par médias interposés, sur l'émotivité des peuples pour leur faire oublier que  ce sont les Tony Blair, Nicolas Sarkozy, Sylvio Berlusconi et G.W. Busch qui avaient déroulé le tapis rouge devant Khadafi qui a su mettre en avant ses atouts : le pétrole et une volonté d'enrayer l'immigration illégale vers l'Europe. Plus grave encore, l'option guerrière choise risque d'exacerber les divisions tribales dans ce pays créé de toutes pièces par la colonisation italienne et qui présente la particularité de ne posséder ni Constitution, ni syndicats, ni partis politiques, ni de gouvernement réel. Il n'y a pas de société civile, pas de force sociale autonome organisée, à même de combler le vide créé par une éventuelle chute du régime. Rien d'étonnant d'ailleurs, que l'aggressivité diplomatique dont ont fait preuve MM. Sarkozy et Juppé, leur  reconnaissance du Conseil National de Transition libyen et leur choix de "frappes ciblées" se heurtent à une fin de non recevoir de leurs collègues européens ainsi que des dirigeants du Maghreb et du Proche-Orient. Les mêmes qui ont prôné une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye, ne l'ont pas exigé lorsqu'en janvier 2009 les forces aériennes israëliennes ont bombardé la population civile de Gaza. C'est malheureusement la preuve, une fois de plus, que les droits de l'homme sont convoqués à leur guise par les Etats.

Devant la gravité de la situation libyenne, il est hors de question de confier au commandement de l'OTAN la conduite des opérations militaires. Il est urgent que l'ONU se réapproprie la maîtrise de sa résolution : commandement, définition des prérogatives  et des périmètres d'action.

L'histoire nous montre que la démocratie n'est pas un dogme que l'Occident, comme au temps des conquêtes coloniales, aurait vocation d'apporter aux peuples des pays arabes, qui plus est par des frappes aériennes. Non, la démocratie, pour eux aussi est une création continue qu'ils forgeront dans leurs luttes de classes. Les intérêts des magnats du pétrole ne doivent pas l’emporter sur ceux de ces peuples.

Auguste Bechler

Partager cet article

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Points de vue
commenter cet article

commentaires

Adhérez!

adhesion-oeillet-480.jpg

Rechercher Dans Le Site

Contacts

Contacter la fédération :
PCF Fédération du Haut-Rhin
9 rue de Bantzenheim
68100 Mulhouse
Mail
Contacter le webmaster :
pcfhautrhin[at]gmail[point]com