Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 20:40

vote_suisse.jpgDimanche lors d’un référendum, 50,3% des électeurs suisses ont donné un coup de couteau dans l’accord de libre circulation des travailleurs signé avec l’Union européenne. Berne va instaurer des quotas d’immigrés pour les ressortissants communautaires, alors que les capitaux continueront d’entrer en Suisse comme leurs propriétaires le veulent. Selon la presse helvétique, le succès de l’initiative anti-immigration de l’Union démocratique du centre (UDC), parti d’extrême droite, représente un séisme politique et diplomatique pour la Suisse. Cela ressort également des conversations avec des travailleurs frontaliers alsaciens.

L’initiative des nationaux-populistes n’est toutefois pas sortie de nulle part.

Depuis 2002 et l’entrée en vigueur de l’accord de libre circulation Suisse/UE, un sentiment de malaise est allé croissant dans la population principalement dans ses cantons frontaliers comme au Tessin ou à Genève où travaillent, au total, plus de cent mille frontaliers. Crise de 2008 aidant, les populistes ont relevé la tête dans ces régions, faisant leur entrée dans le parlements et gouvernements cantonaux.

Quant l’UDC – parti passé maître dans l’utilisation à son profit de la démocratie directe – il a été bien aidé par la coupable inertie du gouvernement et du Parlement qui ont «oublié» les mesures d’accompagnement pour éviter le moins disant salarial et social, promises aux travailleurs en 2002 comme complément nécessaire à l’accord de libre circulation.

Dans le même temps, près de 70.000 Européens (au-delà des frontaliers), surtout allemands et italiens, se sont installés annuellement en Suisse. Avec un pouvoir d’achat en berne depuis des années, la pénurie et la cherté des logements, des transports publics à bout de capacité, etc. les gens ont été touchés dans leur vie au quotidien.

A Bruxelles, la commission européenne examinera les implications de cette initiative sur l’ensemble des relations entre l’UE et la Suisse. Car l’accord de libre circulation fait partie d’un groupe de traités entre Bruxelles et Berne. Si l’un est rompu, les autres deviennent caducs, en vertu d’une «clause guillotine» L’UE pourrait mettre fin aux accords sur l’agriculture, les marchés publics, les transports, l’aviation civile ou encore les accords Schengen de libre circulation des citoyens, etc. L’arme sera à manier avec précaution.

En effet, un accord sur l’échange automatique d’informations contre l’évasion fiscale est actuellement en discussion entre les deux parties.

Quoiqu’il en soit, à la veille des élections européennes , la votation instaurant des quotas de migrants et la démagogie des droites exacerbent un débat empoisonné sur l’immigration.

Auguste Bechler

 

à lire également : Sombre dimanche en Suisse

Partager cet article

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Points de vue
commenter cet article

commentaires

Adhérez!

adhesion-oeillet-480.jpg

Rechercher Dans Le Site

Contacts

Contacter la fédération :
PCF Fédération du Haut-Rhin
9 rue de Bantzenheim
68100 Mulhouse
Mail
Contacter le webmaster :
pcfhautrhin[at]gmail[point]com