Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 20:57

melenchon-page-tournee

Réaction de Jean-Luc Mélenchon à l’annonce des résultats du 2è tour de l’élection présidentielle, le 6 mai 2012.


« Sarkozy, c’est fini, enfin !

  Ainsi est réglé le compte du fossoyeur des acquis sociaux et des services publics de notre République.

Sa défaite est celle de son projet d’extrême-droitisation.

C’est une très bonne nouvelle pour la France et pour l’Europe.

Le monde, qui nous regarde, connaît de nouveau l’audace des Français.

Une page est tournée.

Une autre commence, pleine d’exigences.

Je félicite François Hollande pour son élection. Son avantage lui donne les moyens d’agir. Je souhaite le meilleur au nouveau président comme à notre pays.

J’adresse un salut reconnaissant à la résistance acharnée du mouvement social qui a préparé cette victoire. Les syndicalistes ont ce soir le dernier mot contre celui qui les menaçait.

Je félicite les quatre millions d’électeurs du Front de Gauche dont les votes ont fait la décision aujourd’hui.

Au même moment ce soir, notre parti en Grèce passe en 1ère position de la gauche.

La leçon de cette heure est que pour sortir de la crise de la civilisation capitaliste les peuples cherchent une issue à gauche.

C’était bien une manipulation que la place honteusement accordée aux thèses de l’extrême droite entre les deux tours.

Le Front national n’est pas du côté du monde du travail. Ses électeurs ont voté Sarkozy. Ses chefs ont déserté avec leurs bulletins blancs.

Le Front de Gauche s’engage, autonome et conquérant pour que la défaite de la droite et l’élection de François Hollande devienne la victoire des exigences aigües qui viennent de s’exprimer.

Les élections législatives doivent approfondir notre victoire. Le Front de Gauche en est l’outil fidèle.

Tout commence à présent pour la France et pour notre gauche.

Place à la fraternité ! Place au peuple ! »

Repost 0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 20:28

pierre-laurentEn élisant aujourd'hui 6 mai, François Hollande président de la République, le peuple de France s'est libéré d'un pouvoir qui l'a méprisé et agressé pendant 5 ans. Je veux dire la joie des communistes qui ont combattu sans relâche Nicolas Sarkozy et sa politique et qui ont œuvré de toutes leurs forces à cette victoire.

Je veux féliciter François Hollande pour son élection. Les femmes et les hommes qui se sont rassemblés sur sa candidature pour infliger à Nicolas Sarkozy la défaite qu'il méritait ont ouvert un nouvel espoir en France, et en Europe.

Je veux remercier les millions d'électrices et d'électeurs du Front de gauche qui ont apporté une contribution décisive à ce résultat. Sans la campagne mobilisatrice menée par le Parti communiste français et ses partenaires du Front de gauche avec leur candidat commun, Jean-Luc Mélenchon, sans les propositions de notre programme, L'Humain d'abord, sans notre engagement déterminé entre les deux tours, la victoire n'aurait pas été possible. Elle ouvre un nouveau chapitre pour notre pays.

François Hollande est le premier président élu par les électrices et les électeurs de gauche depuis 24 ans.

Il était indispensable de mettre un terme à une présidence au service des privilégiés, prenant systématiquement pour cible le monde du travail, ses droits sociaux et démocratiques, les libertés démocratiques.

Il était indispensable que le co-auteur, avec Angela Merkel, d'un traité européen promettant l'austérité à perpétuité aux peuples et les plein-pouvoirs au capitalisme financier, soit désavoué par son propre peuple.

À tous les peuples d'Europe qui attendaient ce signe de la France, je dis : ensemble, il redevient possible de faire reculer la dictature financière qui nous menace tous ; ensemble, nous pouvons relancer le combat pour une Europe démocratique, une Europe de justice sociale, de développement solidaire et écologique.

Oui, ce 6 mai 2012, nous avons remporté une première bataille capitale. Un président de gauche siège à l'Élysée. La gauche doit sans tarder répondre aux urgences sociales qui n'attendront pas. Des mesures immédiates pour les salaires, pour la relance du pouvoir d'achat, pour la lutte contre le chômage et la renégociation d'un traité européen doivent être prises.

S'ouvre dans le même temps une nouvelle bataille, celle des élections législatives dont va maintenant dépendre la possibilité de maintenir grande ouverte la porte du changement.

Il faut maintenant élire à l'Assemblée nationale une majorité de gauche qui soit à la hauteur de la situation et compte pour cela en son sein les députés prêts à voter les lois sociales et démocratiques sans lesquelles le changement ne sera rien.

Il faut de très nombreux députés qui n'aient pas une seconde d'hésitation pour abroger les lois scélérates du quinquennat Sarkozy et des dix années de droite au pouvoir.

Il faut de très nombreux députés pour reprendre le pouvoir sur le secteur bancaire et financier, pour mettre en place un pôle public de la banque et du crédit.

Il faut de très nombreux députés favorables au relèvement significatif du SMIC et des salaires, décidés à engager le retour de la retraite à 60 ans à taux plein pour tous, à interdire les licenciements boursiers, à relancer l'emploi industriel et les services publics.

Il faut de très nombreux députés qui aient le courage de soumettre au vote des droits nouveaux pour les salariés du public comme du privé, pour les travailleurs indépendants à l'avenir précaire, pour les jeunes qui méritent mieux que l'apprentissage à vie, pour les femmes dont les salaires sont toujours largement en deçà de ceux de leurs collègues masculins.

Les menaces de la droite et de l'extrême droite pour empêcher ces changements ne sont pas mortes avec la défaite de Nicolas Sarkozy. Leurs candidats aux élections législatives doivent être partout battus, et il faut barrer la route à l'entrée du FN à l'Assemblée nationale. Partout où elle a eu cette possibilité en Europe, l'extrême droite a aggravé les reculs sociaux. Il n'en sera pas ainsi en France, le PCF et ses partenaires du Front de gauche s'y engagent.

Ce soir, j'appelle les candidates et candidats du Front de gauche aux élections législatives à repartir partout au combat pour rassembler autour de ces objectifs l'ensemble des électrices et des électeurs qui ont permis la victoire à l'élection présidentielle.
J'appelle l'ensemble de ces électrices et électeurs, pour garantir le changement, à mettre les candidats du Front de gauche en tête de la gauche dans le maximum de circonscriptions, le 10 juin, et à en élire ensuite le plus grand nombre, le 17 juin prochain.


Pierre Laurent
Secrétaire national du Parti communiste français

Repost 0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 22:00
Repost 0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 19:49

Meeting-FdG-28-mars-2012 0087Les résultats du premier tour de l'élection présidentielle appellent à tout mettre en œuvre pour battre le président sortant.

Comme on le redoutait, le score du Front national peut servir de réservoir au candidat Sarkozy. La montée de Marine Le Pen est à un niveau inquiétant.

Le Front de Gauche avec J. Luc Mélenchon a eu raison de se concentrer sur l’analyse et la critique radicale des propositions de l’extrême-droite, mais nous étions bien seuls dans cette campagne.

Dans ces résultats, nous constatons que la droite est en recul par rapport à 2007, dans le Haut-Rhin et sur l’ensemble du territoire, elle peut être battue le 6 mai prochain.

Je veux saluer toutes les électrices et tous les électeurs qui ont porté leur choix sur le bulletin de Jean-Luc Mélenchon, et le programme du Front de gauche qu'il représentait. Le Front de Gauche est la force politique qui a percé, avec 7,42% dans notre département et 10,76% à Mulhouse, il faudra désormais compter sur nous.

J’appelle au plus large rassemblement possible de toute la gauche, du peuple haut-rhinois, pour battre Nicolas Sarkozy au deuxième tour. Tout doit être fait pour empêcher la réélection du candidat de l’UMP et du Medef, car la France ne mérite pas cinq années supplémentaires de ce cauchemar.

Au-delà de la présidentielle, le PCF et le Front de gauche, vont continuer à rassembler autour des choix pour «L’Humain d’abord» qu'ils ont portés dans cette campagne et que nous continuerons à porter aux élections législatives. Nos propositions pour mener une audacieuse politique de gauche sont disponibles ; elles sont de nature à sortir le pays de la crise en tournant le dos à l'austérité et en reprenant le pouvoir aux forces de l'argent.

Un autre chemin est désormais ouvert.

J'appelle les citoyens qui ont commencé à l'emprunter avec nous à poursuivre la route, à investir le Front de gauche, les assemblées citoyennes, les fronts de luttes. Faites-en votre affaire, pour réussir le changement auquel notre peuple aspire.

J’appelle aussi à faire du 1er mai un grand rendez-vous de mobilisation avec les syndicats.

Aline Parmentier,
candidate aux élections législatives dans la 5ème circonscription.
Mulhouse le 23 avril 2012

Repost 0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 19:43

pierre-laurent-2Déclaration de Pierre Laurent,
secrétaire national du Parti communiste français,
président du Conseil national de campagne du Front de gauche

Paris, le 22 avril 2012

Et maintenant, Sarkozy dehors !

Pour toutes celles et tous ceux qui aiment notre pays, qui, depuis cinq ans, ont durement souffert de la politique de Nicolas Sarkozy, souffert de la voir affaiblir, appauvrir, abîmer la France, les résultats (connus à cette heure) du premier tour de l'élection présidentielle résonnent comme un appel à tout mettre en œuvre pour battre le président sortant.

Comme on le redoutait, le score du Front national peut servir de réservoir au candidat Sarkozy. Le président sortant, en recul par rapport à 2007, peut être battu le 6 mai prochain.

Le second tour mettra aux prises, pour la droite, Nicolas Sarkozy, pour la gauche, François Hollande, le candidat socialiste que le suffrage universel a placé en tête. La droite doit maintenant subir une large défaite. C'est la nouvelle et prochaine étape indispensable de la révolution citoyenne que nous avons entamée.

À gauche, les près de 12 % et quelque 4 millions de voix crédités au candidat commun du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon représentent un score inédit et un événement de cette élection, comme l'a été notre campagne, une campagne dont se sont emparé des centaines de milliers de femmes et d'hommes, et de jeunes dans tout le pays. Le peuple combattant, la gauche du courage et de l'engagement sont de retour, et dans leur sillage, l'espoir de changer la vie, d'ouvrir un autre avenir à notre pays, la France, et du même coup à l'Europe.

Je veux saluer toutes les électrices et tous les électeurs qui ont porté leur choix sur le bulletin de Jean-Luc Mélenchon, et le programme du Front de gauche qu'il représentait.

Je veux remercier du fond du cœur toutes les militantes et tous les militants communistes et du Front de gauche, toutes celles et tous ceux, quelle que soit la forme de leur engagement, qui ont su donner corps à cette espérance et rendu possible ce résultat.

Au nom du Parti communiste français, j'appelle au plus large et au plus fort rassemblement possible de toute la gauche, de tout notre peuple, pour battre Nicolas Sarkozy, en votant pour le candidat socialiste François Hollande. La défaite du président sortant devra être ample, claire et nette, et nous y mettrons toutes nos forces.

Tout doit être fait pour empêcher la réélection du candidat de l'UMP et du Medef, qui n'a pas hésité sur bien des points à reprendre à son compte le programme du Front national. La droite et l'extrême droite ne passeront pas. La France ne mérite pas cinq années supplémentaires de ce cauchemar.

Combattre et mettre en échec les idées xénophobes et racistes de Marine Le Pen demeurent d'une brûlante actualité. Le Front de gauche est fier du travail qu'il a entamé, bien seul dans cette campagne, pour faire reculer les idées du FN. Nous allons l'amplifier dans les élections législatives à venir. Aucun député de ce parti ne doit être élu à l'Assemblée nationale.

Le PCF, le Front de gauche, vont continuer à rassembler autour des choix qu'ils ont portés dans cette campagne. Nos propositions pour mener une audacieuse politique de gauche sont disponibles ; elles sont de nature à sortir le pays de la crise en tournant le dos à l'austérité et en reprenant le pouvoir aux forces de l'argent.

C'est le cas de l'augmentation du SMIC et des salaires, du retour immédiat de la retraite à 60 ans à taux plein pour tous, de l'interdiction des licenciements boursiers. C'est le cas d'une réforme de la fiscalité, de la création d'un pôle public bancaire et financier. C'est le cas de l'exigence de soumettre à ratification du peuple français tout nouveau traité européen, renégocié ou non.

Le PCF, Le Front de gauche mobiliseront le pays dans les semaines à venir pour donner plus de poids encore à ces propositions, pour faire élire une majorité de gauche à l'Assemblée nationale, avec le maximum de députés du Front de gauche.

La France aura besoin de députés courageux pour abroger sans tergiverser les lois Sarkozy, pour en élaborer et en voter de nouvelles qui constituent de réelles conquêtes politiques, sociales et économiques en faveur des travailleurs. Les députés du Front de gauche seront porteurs à l'Assemblée du mouvement de mobilisation citoyenne qui a surgi au cours de cette campagne électorale.

Le 6 mai prochain, la victoire de la gauche est à portée de main. Elle sera complète à l'issue des élections législatives avec la confirmation de la place du Front de gauche dans la nouvelle vie politique française.

La campagne électorale et le résultat du Front de gauche et de son candidat commun, Jean-Luc Mélenchon, prouvent que le peuple de France et que les peuples européens ne sont pas condamnés à subir la loi des marchés capitalistes.

Un autre chemin est désormais ouvert.

J'appelle les millions de citoyens qui ont commencé à l'emprunter avec nous à poursuivre la route, à investir le Front de gauche, les assemblées citoyennes, les fronts de luttes, de propositions et d'action que nous avons créés. Faites-en votre affaire, pour réussir le changement auquel notre peuple aspire.

Repost 0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 17:48
Repost 0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 18:57
Repost 0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 21:08


Et maintenant tous à Paris par PlaceauPeuple

Le 19 avril 2012, à 19 heures, au parc des Expositions de la Porte de Versailles, le Front de gauche tiendra son dernier meeting avant le premier tour. Un jeudi rouge à Paris et dans toute la France ! Un multi-meeting à suivre aux quatre coins du pays, sur les places, dans des salles, des bars...

A Mulhouse, ça se passera à partir de 19h au bar Le Greffier, 16 rue de la Loi.
Venez nombreux !

derniere-ligne-droite.jpg

Repost 0
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 20:58

Marseille_24.jpgChères amies, chers amis,

Il me tient à cœur de vous expliquer pour quelles raisons je vais voter pour Jean-Luc Mélenchon du Front de Gauche au premier tour de la présidentielle le 22 avril prochain, et peut-être, je l’espère, au second tour aussi. J’espère que mes raisons, si elles ne vous convainquent pas, vous feront au moins réfléchir. Si certains sont convaincus par cette adresse, n’hésitez pas à le partager autour de vous.

Tout d’abord, comprenez que je souhaite que le Front de Gauche dépasse le Front National au premier tour. La peur d’une Marine Le Pen présente au second tour reste dans tous les esprits, cela verrouille le système de la Ve République et pousse la plupart des électeurs de gauche, qui se sentiraient enclin à voter Mélenchon, à préférer voter Hollande, sans véritable conviction.

Lire la suite !

Repost 0
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 19:04

fdg-bandeau

Et voilà que le “ vote utile ” fait son grand retour. Ces appels au vote utile sont souvent lancés par des bouches pleines d’arrogances. Mais il s’agit surtout d’une erreur d’appréciation politique à laquelle il convient de répondre arguments contre arguments.

Un concept anti-démocratique

Parler de “ vote utile ” c’est tout d’abord laisser supposer qu’il existerait un “ vote inutile ”. Le concept de “vote utile” se trouve dès lors en contradiction avec le cœur même du projet démocratique. Oui, dans une démocratie digne de ce nom, chaque vote compte, chaque voix vaut la même chose qu’il s’agisse de la voix du puissant ou de celle du plus faible d’entre-nous. Chacun doit disposer d’une liberté absolu de vote et il ne saurait exister de “ bon vote ” et de “ mauvais vote ”.

Le Front de Gauche fait progresser la Gauche

Les récents appels aux votes utiles font suite à la progression du Front de Gauche dans les intentions de vote. Pour les socialistes, et une bonne partie du monde médiatique, la montée de Jean-Luc Mélenchon risquerait d’affaiblir François Hollande et donc de faire perdre la gauche. Arrêtons tout de suite ce faux débat ! Le total des intentions de vote à gauche n’a jamais été aussi fort depuis 1988. Selon l’IFOP, le total des intentions de vote pour la gauche était de 38% au 6 janvier et de 44% au 30 mars. Qu’est-ce qui en moins de trois mois a fait passer ce total de 38 à 44% ? C’est bel et bien la dynamique du Front de Gauche (passé de 6 à 14% d’intentions de vote) qui permet d’expliquer la progression de l’ensemble de la gauche.

Le mythe du candidat en tête au 1er tour

Les socialistes nous expliquent également qu’il faudrait que François Hollande arrive en tête du premier tour pour l’emporter au second. Mais où ont-ils été chercher tout ça ? En 1974, François Mitterrand est arrivé en tête du premier tour avec plus de 10 points d’avance sur Valéry Giscard d’Estaing… et il perd au second tour. À l’inverse, François Mitterrand arrive en 2e position lors du premier tour en 1981 mais réussit quand même a remporter l’élection. Autre contre-exemple : Lionel Jospin est en tête du premier tour en 1995 et pourtant Jacques Chirac est élu président. Ce qui compte, pour réussir à faire gagner la gauche, c’est la capacité de rassemblement. A chaque fois que le parti majoritaire à gauche a voulu ignorer ses partenaires, la gauche a été battue à l’élection présidentielle !

Marine Le Pen : oust !

Le spectre du 21 avril 2002 et de l’exclusion de la gauche du second tour de l’élection présidentielle est également souvent agité. Bien évidemment, la question de la présence d’un candidat de gauche au second tour doit tous nous préoccuper. Mais le risque de voir Marine Le Pen passer devant la gauche au premier tour n’existe plus. Depuis plusieurs mois, le Front de Gauche s’est attaché à “ déglonfler la baudruche Le Pen ”. Et le résultat paie. Les intentions de vote pour François Hollande cumulées à celles pour Jean-Luc Mélenchon atteignent au minimum 40%. Mathématiquement l’un des deux candidats réalisera au moins 20% des intentions de vote. Or les scores attribués à Madame Le Pen ne dépasse quasiment jamais les 17-18% et ont tendance à diminuer de jour en jour sous la barre des 15%. Il y aura donc un candidat de gauche présent au second tour. Le “ vote utile ” c’est justement de faire en sortant que Marine Le Pen soit le plus loin possible derrière le Front de Gauche pour lui faire définitivement quitter le devant de la scène politique.

Pour faire gagner la gauche, il faut… un programme de gauche

Il faut tout de même reconnaître que la montée dans les sondages de Jean-Luc Mélenchon s’est faite en même temps qu’une diminution des intentions de vote pour François Hollande. Mais on ne peut tout de même pas nous reprocher le programme du PS. Il est grand temps que le PS comprenne que la dynamique du Front de Gauche est aussi l’expression d’une déception vis-à-vis de son programme.

Un vote utile pour cacher un programme décevant ?

L’appel au “ vote utile ” est bien souvent l’occasion de cacher la réalité de son programme. Dire “ je vote utile ” est bien plus facile que de dire “ je vote pour Hollande qui veut donner du sens à la rigueur ”. Le Front de Gauche, lui, propose une autre méthode : le débat. L’ensemble des forces de gauche doivent dire ce qu’elles pensent si elles appliqueront ou non des mesures d’austérité, si elles remettront ou non en cause l’indépendance de la BCE, si elles interdiront les licenciements boursiers, si elles sont prêtes à réquisitionner les entreprises qui délocalisent, etc. Tuons le vote utile, faisons vivre le débat !

En finir avec des pratiques d’un autre temps

Le temps des cheptels électoraux est fini. Les voix n’appartiennent à personne est c’est tant mieux. Pour beaucoup de citoyens aujourd’hui les étiquettes ne veulent plus rien dire. Ce qu’ils veulent, ce sont des propositions concrètes pour changer leur vie et sortir de la crise. Ils se décideront sur les programmes, pas sur les étiquettes. Cela ne sert à rien de rappeler des électeurs considérés comme “ égarés ”. Maintenant, chacun doit convaincre !

Repost 0

Adhérez!

adhesion-oeillet-480.jpg

Rechercher Dans Le Site

Contacts

Contacter la fédération :
PCF Fédération du Haut-Rhin
9 rue de Bantzenheim
68100 Mulhouse
Mail
Contacter le webmaster :
pcfhautrhin[at]gmail[point]com