Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 17:27

wittelsheim

  • Obstruction du Maire à l’application d’une décision de son Conseil municipal,
  • Suppression des délégations de trois adjoints : le premier adjoint, l’adjoint aux finances et l’adjointe à la sécurité,
  • Scission du groupe majoritaire et création d’un groupe «NON M2A»
  • Refus par ce groupe de la décision du Préfet de rattacher la Commune à la M2A
  • Remise théâtrale des clés de la Mairie par les adjoints démissionnés
  • Organisation par l’association «OUI Thur Doller » d’une manifestation le jour de la  cérémonie des vœux par la Mairie
  • Annulation de la cérémonie des vœux par le Maire

L’exercice de la démocratie est-il si difficile dans notre Commune ?

Nous n’en serions pas là :

  • si l’autonomie des Communes était davantage respectée,
  • si le précédent gouvernement n’avait pas poussé à l’intercommunalité à marche forcée sous la férule des préfets et si l’actuel ne poursuivait pas dans la même direction !

Est-ce qu’un rapprochement de communes doit se traduire par une augmentation des impôts locaux ? Non, à l’évidence !

Doit-on choisir entre deux intercommunalités par affinité, par copinage politique ou dans l’intérêt de la population, après avoir défini des orientations et des projets communs en accord avec les besoins des populations de cette intercommunalité ?

Les édiles ont été élus pour représenter l’ensemble de leurs concitoyens, ce n’est pourtant pas un chèque en blanc qui leur est accordé. On construit une nouvelle intercommunalité sur un projet partagé par les populations.

Le manque de transparence des deux projets d’intercommunalité, l’attitude des différents protagonistes laissent plutôt à penser à des querelles personnelles en vue des prochaines élections municipales (2014, c’est presque demain) qu’à un vrai débat sur l’opportunité pour notre Commune de rejoindre une intercommunalité plutôt qu’une autre. Quel déni de démocratie !

Les Communistes de Wittelsheim

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Bassin Potassique
commenter cet article
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 20:31

70 personnes ont assisté mercredi soir à Staffelfelden à l’assemblée citoyenne organisée par le Front de Gauche.

Denis DURAND (PCF) et Jean-Claude VAL (PG) ont animé un débat sur la crise financière, l’austérité et les moyens d’en sortir.

12-04-11-ass-cit-staff 2303

12-04-11-ass-cit-staff 2304

12-04-11-ass-cit-staff 2305

De gauche à droite sur ces photos, façon de parler bien sûr :

  • Gilbert Jollain (PG) candidat suppléant du Front de Gauche dans la 4° circonscription du Haut-Rhin,
  • Denis Durand (PCF) économiste membre des économistes atterrés et du collectif de campagne du Front de Gauche,
  • Nadia Peter, candidate du PCF dans la 4° circonscription du Haut-Rhin.
  • Jean-Claude Val (PG) professeur d’économie à l’université de Strasbourg et membre d’ATTAC 67.

Yves Lourdel

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Bassin Potassique
commenter cet article
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 19:22

staff-huissier.jpgLe 25 octobre, des militants du PCF et de la CGT se sont rassemblés pour empêcher l'intrusion d'un huissier chez une famille endettée.

Nadia Peter a déclaré :

"Nous sommes des amis de la famille, pour certains membres du PCF ou de la CGT ou membres d’autres associations, il y a aussi des voisins et des représentants de la Municipalité pour apporter notre soutien mais aussi exprimer notre colère devant cette situation.

Nous savons que la famille, avec l’aide du bureau d’aide sociale de la Mairie, a effectué, dans l’urgence certes, des démarches qui devraient aboutir à la suspension de la procédure auprès de la Banque de France.

C’est pour cette raison que nous vous demandons, Monsieur l’Huissier de ne pas chercher à pénétrer dans la maison de la famille [XXX].

Aux éventuels acheteurs, nous tenons à préciser que dans cette maison vit une famille de 4 personnes.

C’est terrible de vivre une situation pareille.

A ceux qui espérent acquérir cette maison à bas prix, êtes vous conscients que vous allez briser les efforts de toute une vie de labeur pour ce couple et leurs  enfants, les priver de leurs souvenirs, les déraciner, les obliger à quitter cette maison qui renferme tous leurs espoirs.

Les banques ont été beaucoup aidées par le gouvernement il y a quelques temps pour éviter des faillites qu’elles avaient contribué à provoquer. Et malgré cette situation de crise elles ont réussi à engranger 44,8% de profits.

C’est nous tous qui avons contribué au sauvetage des banques avec notre argent, fruit de notre travail et de nos économies et c’est encore à nous qu’on demande des sacrifices supplémentaires.

Nous avons un droit de regard sur l’utilisation de notre argent par les banques.

Nous estimons que [la banque] peut et doit surseoir à sa décision, le temps nécessaire à la Commission de la Banque de France d’étudier ce dossier et de prendre une décision. C’est une question de quelques jours.

C’est pour cela, Monsieur l’Huissier que nous vous demandons de repartir et de ne pas infliger à cette famille l’humiliation de cette intrusion dans leur domicile.

Laissez l’espoir à cette famille et à nous aussi, qu’il existe en France une justice qui ne soit pas seulement au service des riches mais aussi au service des honnêtes gens."

Suite à cette manifestation de soutien, l'huissier, accompagné de la gendarmerie, a accepté de ne pas pénétrer dans l'habitation. Il a établi un constat faisant état de la présence d'organisations syndicales (CGT), politiques (PCF) mais aussi de simples citoyens, venus apporter leur soutien, et ayant fait obstruction à son passage.

Nous avons été soutenus par le Maire, M. Pilarz et son premier Adjoint, M. Eidenschenck. L'intervention du Maire a appuyé la nôtre.

La famille concernée par l'adjudication remercie le PCF et la CGT pour leur soutien.

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Bassin Potassique
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 19:04

Une délégation de la section du PCF du bassin potassique a apporté son soutien en participant à la manifestation des enseignants des collèges Péguy et Mermoz, du lycée Zurcher et des écoles maternelles et primaires de Wittelsheim.

Les prévisions pour la rentrée de septembre 2011 entraînent une perte de 3 313 heures d’enseignement en collège et en lycée dans l’académie de Strasbourg alors que globalement le nombre d’élèves augmente. Tous les établissements de Wittelsheim seront fortement impactés, à hauteur de 15 postes, avec pour conséquences :

  • Diminution du nombre de classes et explosion des effectifs par classe : au Peguy le seuil est désormais fixé à 30 élèves.
  • Travaux pratiques en groupes et expériences rendus plus difficiles voire impossibles dans les matières scientifiques.
  • Fermeture définitive de la SEGPA au Péguy.
  • Diminution de la capacité d’accueillir tous les élèves selon leur choix d’option.
  • Précarisation des métiers de l’enseignement avec des professeurs obligés de répartir leur contingent horaire sur plusieurs établissements ; enseignants non formés ; remplacements non assurés ; augmentation des vacations.
  • moins de personnel pour encadrer nos enfants entraînera plus d’incivilités et de violences dans les établissements scolaires.

L’éducation n’est pas une charge, mais un investissement pour le futur. La France a besoin de chercheurs et de main d’œuvre qualifiée. L’avenir éducatif et professionnel de nos enfants dépend des choix politiques d’aujourd’hui.
Le Gouvernement impose la rigueur et des coupes budgétaires à l’Education Nationale, pourtant le budget de l’Elysée, ne connaît pas la crise : il était de 30 millions sous Chirac, il est passé à 100 millions en 2008 à l’arrivée de Sarkozy pour atteindre aujourd’hui 114 millions !

Nous demandons aux élus du peuple (conseillers municipaux, maires, conseiller général) de prendre leurs responsabilités et d’intervenir auprès du député et du ministre de l’Education Nationale pour exiger une autre politique éducative : en consacrant 5 % du PIB à l’enseignement public, pour permettre de recruter et d’augmenter les salaires des personnels, de bannir les emplois précaires et temporaires.

Les personnels de l’Education Nationale ont aussi besoin du soutien et de l’appui des parents d’élèves pour tordre le coup à la rengaine du chef de l’Etat qui se défausse en répétant : « si çà ne marche pas, c’est de la faute aux personnels », cela devient indécent !
A l’heure où la mode est à la mise en cause des fonctionnaires dans tous les domaines, les usagers des services publics doivent se mobiliser pour obtenir du gouvernement qu’il mette en œuvre les moyens nécessaires à leur bon fonctionnement.

Nadia Peter-Lantz, secrétaire de la section du PCF du bassin potassique
10 février 2011

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Bassin Potassique
commenter cet article
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 20:19

Monsieur le président,

Dans votre présentation du Groupe Coop Alsace vous dites : « L’avenir sera ce que nous en ferons. Nous avons entre les mains tous les atouts pour que le Groupe Coop Alsace soit, dans 100 ans encore, le premier distributeur de sa Région. A conditions de ne pas renier les valeurs sur lesquelles se fonde son action depuis toujours : humanisme et solidarité. »

Vous expliquez la « solidarité » de votre entreprise qui « puise dans les bénéfices de ses grandes surfaces pour entretenir des magasins de proximité ».

Vous avez, nous semble-t-il, une façon bien particulière de mettre en pratique les notions d’humanisme et de solidarité en fermant 13 magasins de proximité en Alsace dont plusieurs dans le bassin potassique.

L’enseigne Coop fait partie du paysage commercial du bassin potassique depuis des dizaines d’années. Elle a participé à former le consommateur, à le fidéliser au fil du temps et à créer du lien social grâce à la compétence de votre personnel notamment.

C’est pourquoi, nous ne comprenons pas votre décision brutale et unilatérale de fermer ces magasins. Vous semblez céder à la logique de la grande distribution à laquelle vous vous êtes adossé : organiser votre réseau de distribution autour d’une centrale d’achat unique qui impose aux gérants une tarification, de maintenir ou non un point de vente en fonction du seuil de rentabilité que vous avez fixé, de gérer le personnel comme de simples employés à reclasser,…

Est-ce cela l’avenir de l’enseigne COOP, contraire aux principes fondateurs des coopératives de consommation ?

Si le consommateur a changé ses habitudes de consommation c’est bien parce que la grande distribution l’a formaté ainsi au détriment bien souvent de la sécurité alimentaire, du respect de l’environnement et du développement durable.

En procédant à la fermeture de vos magasins de proximité, parfois seul point de vente d’une cité minière, vous contribuez à anéantir tous les efforts des collectivités, associations de consommateurs, de personnes âgées et simples citoyens à maintenir vivant une forme de commerce plus « humaniste ».

C’est pour cette raison que nous vous demandons de reconsidérer votre décision de fermeture.

Les communistes du Bassin potassique proposent aux maires des communes concernées par les fermetures, la création d’un collectif de défense du commerce de proximité regroupant les élus locaux, les associations de consommateurs, les syndicats, les partis politiques et les citoyens.

Pour la section du Bassin Potassique

Nadia PETER-LANTZ peternadia@gmail.com

Lundi 23 août 2010

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Bassin Potassique
commenter cet article
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 18:17

PCF – SECTION DU BASSIN POTASSIQUE
Le 02 mai2010

Communiqué de presse :

La Section du PCF du bassin potassique s’indigne de la situation provoquée par Peugeot-PSA à l’entreprise Faurecia-Sielest.

Voilà un nouveau scandale qui affecte notre bassin d’emploi déjà fortement sinistré sur le plan industriel.

Faurécia s’était implanté à Pulversheim avec l’apport d’aides publiques considérables. L’entreprise PSA Peugeot-Citroën qui est majoritaire à 70% dans Faurecia-Sielest a largement bénéficié des fonds publics du plan de sauvegarde de l’industrie automobile Elle préfère aujourd’hui accorder le marché de confection de sièges-auto à un concurrent l’Américain Johnson Controls dont une usine est basée à Neuenburg.

Conséquence : 185 emplois permanents(CDI) supprimés et 110 contrats intérimaires non reconduits !

Quand arrêtera-t-on de prendre les salariés pour des marchandises que l’on peut déplacer au gré des marchés financiers de 30 km, 60 km ou que l’on jette carrément. La roue tourne dit-on mais pour qui ?

Les bénéfices produits par les salariés trouveront toujours place dans une banque pour spéculer mais que fait-on de la vie de ces salariés ?

Les reclassements qui sont proposés aujourd’hui, quelle valeur auront-ils dans un an lorsque l’Américain Johnson Controls trouvera plus rentable de baser son usine ailleurs ?

Il faut arrêter cette course effrénée aux profits !

Si Faurecia se porte bien financièrement, il n’y a aucune raison de licencier et de se priver du savoir faire de ses salariés.

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Bassin Potassique
commenter cet article
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 10:27
Communiqué de la section PCF du bassin potassique.
 
Chaque jour qui passe apporte désormais son lot de mauvaises nouvelles pour l'emploi en Alsace. Mardi 24 novembre les 190 salariés de HYMER France à Cernay apprenaient le dépôt de bilan de leur entreprise. Victimes de la crise? Peut être, puisque le nombre d'employés de la société a déjà diminué de 110 personnes depuis 2005. Mais victimes à coup sûr de la même politique patronale qui en Allemagne comme en France (Hymer est une filiale du groupe allemand HYMER AG) vise à réduire les effectifs pour assurer les profits.

On peut s'étonner du silence du député-maire (UMP) sur la question. On peut aussi constater que le copinage du Président de la république avec la Chanceliére allemande à Berlin, Paris et Bruxelles trouve vite ses limites quand il s'agit de préserver l'emploi.
Les militants du PCF du bassin potassique expriment leur solidarité avec les salariés de HYMER France et leur rappellent que leur parti a déposé, conjointement avec le Front de Gauche, une proposition de loi visant à interdire les licenciements, proposition qui se heurte à l'Assemblée nationale à l'opposition de la majorité de droite.

A Wittelsheim, le 25 novembre 2009.
Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Bassin Potassique
commenter cet article
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 20:01
PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS
SECTION DU BASSIN POTASSIQUE

Wittelsheim, le 21 Août 2009

COMMUNIQUE DE PRESSE AUX QUOTIDIENS REGIONAUX ET AUX RADIOS LOCALES

Pour la pérennité d'une agence de L'Alsace à Wittelsheim


En 1999, il y a 10 ans, le journal l’Alsace fêtait, en grande pompe, les 40 ans de l’agence de Wittelsheim, créée en 1959. Une agence qui rayonnait sur l'ensemble du bassin potassique, avec une édition porteuse de toute la vitalité économique, sociale et associative du secteur. Elle a été un excellent tremplin pour de nombreux jeunes journalistes qui ont connus par la suite une brillante carrière !

En 2004, la direction de l’Alsace décide la suppression du service rédactionnel de Wittelsheim et d'abandonner toute présence de journalistes rédacteurs, tout en maintenant un bureau de proximité dont l'activité ne se démenti jamais. Pourtant, en 2009, un plan d'économie sonne le glas: la direction de l’Alsace envisage la fermeture définitive de cette agence et par conséquent la suppression des postes des deux employées qui y travaillent depuis 31 ans pour l’une et 27 ans pour l’autre, ainsi que celui d'un responsable des porteurs.

Nous déplorons cette décision que nous jugeons totalement inadaptée dans un secteur à forte identité culturelle, sociale et associative :
- cette agence se situe au centre du bassin potassique, elle gère les abonnements, les annonces des lecteurs des 12 communes qui composent ce bassin;
- elle relaie la vie associative, sportive, culturelle des ces mêmes communes grâce au travail des correspondants de presse et des journalistes des agences de Guebwiller et Thann,
- elle répond à un service de proximité pour tous les lecteurs habitant dans sa périphérie.

La fermeture de cette agence provoquera inévitablement un affaiblissement du potentiel de développement de votre journal et portera préjudice aux bonnes relations entretenus entre L'Alsace et la population locale. La crédibilité du journal, qui se targue d'avoir le meilleur taux d'audience et de diffusion parmi les quotidiens régionaux, est remise en cause.

Le jeu en vaut-il réellement la chandelle? Sous prétexte de perte d'audience, la presse, dans son ensemble, fait l'objet d'une restructuration globale et de grande ampleur, jamais connue à ce jour. Mise en réseau et développement de synergies entre les titres, suppressions d'emplois, sont devenues la règle. Ainsi, 181 suppressions d'emplois sont annoncées à la Nouvelle République à Tours. Les décisions des gestionnaires, des investisseurs ne visent qu'à la stricte rentabilité des capitaux investis, sans préoccupation pour le service rendu au lectorat et les liens tissés avec la population.

C'est pourquoi nous soutiendrons le personnel dans toutes les formes d’action visant au maintien d'une présence de L'Alsace à Wittelsheim. Nous invitons les lecteurs, le milieu culturel, associatif et syndical à exprimer leur désapprobation.

Nous demandons à la direction de l’Alsace de renoncer à sa décision de fermeture de l’agence de Wittelsheim.


Pour la section du Parti Communiste du bassin potassique,
Nadia PETER-LANTZ
Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Bassin Potassique
commenter cet article
18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 18:21

PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS

SECTION DU BASSIN POTASSIQUE

 

Les communistes du bassin potassique apportent leur soutien à l’équipe enseignante du lycée Amélie Zurcher et aux parents d’élèves dans leur lutte contre la fermeture d’une classe de seconde à la prochaine rentrée scolaire.

 

La décision du rectorat de supprimer une classe de seconde s’inscrit dans la logique de suppression de postes dans l’éducation nationale, 8800 postes d’enseignants dans le second degré.

Cette décision purement comptable, est inadmissible car elle fragilise l’existence même de l’établissement.

Le LEGP A. Zurcher est le seul lycée d’enseignement général du bassin potassique, établissement à taille humaine, récent, il garantie aux élèves qui le fréquentent des conditions d’études appréciables, gage de réussite vers les études supérieures.

La suppression d’une classe de seconde réduit la possibilité optionnelle de l’établissement obligeant les élèves à s’orienter vers des lycées de Mulhouse, Thann ou Guebwiller, avec des frais supplémentaires de cantine et transport pour les parents.

Les effectifs dans les secondes restantes seront plus élevés.

Le même problème se reposera pour les classes de premières à la rentrée suivante au point que le corps enseignant n’hésite pas à prédire une fermeture à terme de l’établissement. Cette perspective est inconcevable dans un bassin potassique encore fragilisé par une reconversion qui n’a pas encore porté ses fruits.

Nous dénonçons la politique gouvernementale en matière d’éducation nationale qui privilégie une logique comptable à court terme.

Nous exigeons un service public de qualité qui offre la possibilité d’accès aux savoirs et à la qualification pour les enfants du bassin potassique.

Il est impératif que toutes les instances politiques, syndicales, associatives qui à l’origine se sont mobilisées pour la création de ce lycée exigent le maintien de ce lycée dans son intégralité.

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Bassin Potassique
commenter cet article

Adhérez!

adhesion-oeillet-480.jpg

Rechercher Dans Le Site

Contacts

Contacter la fédération :
PCF Fédération du Haut-Rhin
9 rue de Bantzenheim
68100 Mulhouse
Mail
Contacter le webmaster :
pcfhautrhin[at]gmail[point]com