Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 21:03

Outre la dureté de leur métier, les chauffeurs de TRAM et bus, devront en plus se munir d’une casquette de contrôleur et cela pour le même salaire !

Au-delà de la mise en insécurité croissante de leur personnel, Solea met directement en concurrence ses employés pourvus d’ancienneté avec de nouveaux contrats d’avenir, obscurcissant davantage les perspectives d’évolution de chacune et chacun.

Pour la section de Mulhouse du Parti Communiste Français, membre du Front de Gauche, l’heure n’est pas à la constitution de brigades mobiles et de frappes d’interventions mais à celle de la solidarité et du partage. Dans un contexte où l’usager paie son trajet 1,50 €, le prix le plus élevé des collectivités du grand Est, dans une ville connue pour être une des plus pauvres de France, nous demandons les transports collectifs gratuits pour la mobilité de toutes et tous en M2A.

A l’image de 23 villes de France comme Aubagne, Compiègne, Castres, Figeac, Chateauroux, Issoudun etc, ce projet pourrait être financé grâce aux économies réalisées sur les frais de billetterie, sur les campagnes coûteuses contre la fraude et l’augmentation du taux du versement transport payé par les entreprises de plus de 9 salariés.

Concrètement, l’économie du prix du billet par l’usager est une réponse à l’urgence sociale Mulhousienne par du pouvoir d’achat redistribué qui redynamiserait en partie les commerces du centre-ville rendus plus accessibles à un plus grand nombre. C’est aussi une réponse à l’urgence écologique plus adaptée que la circulation alternée, pour faire baisser la pollution de l’air aux particules fines, dangereuse pour la santé.

Face à cette énième campagne de ratissage clairement issue des politiques d’austérité et de réduction des dotations aux collectivités locales, nous appelons les Mulhousiennes et Mulhousiens à soutenir nos propositions de gratuité des transports en commun comme l’ont déjà fait plus de mille signataires du quartier de la Fonderie contre le parking payant et pour le transport gratuit.

Pour la section de Mulhouse du PCF
Y. Baldassi

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Mulhouse
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 20:37

Les violences et les dégradations du bien d'autrui survenus la nuit de la St Sylvestre à Mulhouse sont inacceptables, il faut évidemment les condamner fermement.

La justice doit pouvoir faire son travail et trouver les vrais coupables. Il semble pourtant, à la vue de nombreux témoignages en leur faveur, que les condamnations lourdes prononcées à l'endroit de deux jeunes du quartier Drouot, ont été à charge medes prévenus et pour le moins expéditives.

On peut penser que la politique du chiffre à prévalue sur une véritable justice et qu’il fallait des coupables coûte que coûte. Malheureusement pour eux, ces jeunes se trouvaient au mauvais endroit, au mauvais moment.

Ce n'est pas ainsi qu’il faut concevoir le rôle de la justice de la République française.

Après ces évènements (prévisibles?), il ne sert à rien de se lancer la balle d'un camp à un autre, comme le font Mrs Rottner et Freyburger.

Les politiques appliquées jusqu'ici, y compris celles de Mr Valls qui sont dans la continuité de la politique sécuritaire de Sarkozy, ne sont pas les bonnes!

Alors que les quartiers populaires concentrent tous les effets de la crise, il faut se poser les bonnes questions sur le malaise de plus en plus profond qui y règne et s'exprime de façon dangereuse pour tout le monde.

La question sur le rôle de l’Éducation Nationale et le décrochage scolaire, car l'école n'a plus les moyens de s'occuper des enfants qui n'ont que l'école pour apprendre.

La question du chômage qui touche en premier les jeunes de ces quartiers. Les discriminations à l'embauche, les contrôles au faciès qui perdurent et créent des tensions, des quartiers laissés dans le délabrement...

Il ne suffit pas de créer des Zones de Sécurité Prioritaire qui stigmatisent les quartiers.

Pour les Jeunes Communistes et la section du PCF/ Front de Gauche, il faut un vrai débat non pas uniquement sur la sécurité, car il faut très vite s'interroger sur le mal-vivre de cette jeunesse. Cette jeunesse qui ne doit pas être condamnée au chômage et à la précarité, des solutions existent en matière de formation et d'emploi, 1ers fondements du vivre ensemble. C'est la volonté politique qui fait défaut!

Mulhouse le 8 janvier 2013

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Mulhouse
commenter cet article
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 19:32
Le Mouvement des Jeunes Communistes du Haut-Rhin et la section de Mulhouse du PCF en action estivale, ont porté le débat sur la question du Traité européen Merkel-Sarkozy qui prône une politique austéritaire.
Pour les communistes et le Front de Gauche, une autre politique est possible et doit être mise en œuvre afin de mettre un terme à la crise qui traverse l’Europe. La souveraineté du peuple doit être respectée et par conséquent il
doit être consulté par voix de référendum.
La pétition a été signé par une centaine de personnes samedi 25 août place des Victoires à Mulhouse.
photo2
photo3
photo4
Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Mulhouse
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 18:49

sommet_social.jpgA cent jours à peine de la fin de son mandat, le président Sarkozy fait mine de redécouvrir les questions sociales et le drame du chômage que sa politique a généré.
Il a même fait comme si sa politique depuis 5 ans n'avait aucune responsabilité dans la destruction de centaines de milliers d'emplois, et a, dans ses vœux du 31 décembre, annoncé un Sommet social pour le 18 janvier.
En réalité, il veut imposer une TVA prétendument sociale, pourtant rejetée par 64 % des Français, et projette de conditionner l'indemnisation des chômeurs à d'obscurs plans de formation.
Lui qui a refusé d'entendre la voix des millions de salariés, du public comme du privé, en lutte contre sa réforme des retraites, a détourné les fonds publics pour grossir les poches des actionnaires.

Nous ne le laissons pas faire ! Les militants communistes de la section de Mulhouse iront à la rencontre des salariés pour démasquer ses responsabilités et porter les propositions du Front de gauche, et de son candidat Jean-Luc Mélenchon :

Mardi 17 janvier à 12H 30 devant les portes de l’usine PSA et
jeudi 19 janvier à 12H 15 à l’usine Rhodia à Chalampé.

Le PCF et ses partenaires du Front de gauche ont des propositions :

  • interdire les licenciements boursiers et instaurer un moratoire sur la dérèglementation des services publics
  • mener une politique active de ré-industrialisation du pays à partir des propositions des salariés et de leurs syndicats
  • reprendre le pouvoir sur les banques et les institutions financières
  • mettre fin immédiatement aux exonérations sociales patronales (30 milliards d'euros annuels) et taxer les revenus financiers des entreprises et les revenus du capital
  • moduler l'impôt sur les sociétés et les taux de cotisations
  • consacrer l'argent public aux emplois publics et abolir la RGPP pour reconstruire des services publics modernes, performants, efficaces et utiles à tous.
Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Mulhouse
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 19:31

Communiqué de presse du collectif «Sauver l’Hôtel Weber» (Société Geoffroy Engelmann, Cercle républicain, Europe Ecologie les Verts Mulhouse/Trois frontières, Parti communiste français Mulhouse).

Dans le cadre des onzièmes journées de l’architecture du Rhin Supérieur, les «visites autour de midi» verront en particulier la présentation de quelques sites mulhousiens remarquables en termes de patrimoine architectural, d’aménagement et d’urbanisme.

Nous sommes très heureux de constater que la Maison Weber fait partie de l’un d’entre eux et qu’il sera l’objet d’une visite lundi 24 octobre (rv parking Buffon), visite présentée par Mme Marie-Claire Vitoux, maître de conférence à l’Université de Haute Alsace, spécialiste reconnue et respectée.

Le collectif «Sauver l’Hôtel Weber» s’est manifesté à maintes reprises récemment pour empêcher la destruction programmée de cet édifice. C’est pourquoi, ses réprésentants seront présents lors de cette inestimable visite, pour rappeler leur  attachement au maintien de ce témoignage unique, construit à la fin du 18e siècle inscrit à l’inventaire des bâtiments historiques et vous invite à venir nombreux écouter attentivement la présentation que Mme Vitoux fera de ce bâtiment en sursis.

Le mardi 25 nous écouterons avec le même intérêt la présentation de la Halle du Marché Couvert de Mulhouse par M. Jean Rottner, maire de Mulhouse qui nous expliquera, certainement avec compétence, sa vision des développements futurs en ces matières, encore illustrés récemment par la scandaleuse décision de la Ville d’accorder le permis de démolir cet Hôtel du 18e siècle.

Lors des échanges autour d’un verre prévus à l’issue de sa présentation, il pourra également expliquer au public présent sa vision générale en matière de préservation de bâtiments et sites remarquables, à la lumière par exemple du permis de démolir de la filature DMC, fleuron de l’architecture industrielle de Mulhouse, comme d’aménagements en cours sur le site de la gare TGV qui ont déjà abouti à détruire une perspective verte le long du canal,  par abattage de 25 tilleuls cinquantenaires à hauteur du Musée de l’Impression sur étoffes, arbres déclarés « malades » pour s’être trouvés placés sur des emplacements destinés à de futurs éclairages…

Incidemment l’abattage de 43 arbres au Rebberg, pour raison de « parking » et malgré les demandes de quelques centaines de riverains pourrait aussi être évoqué.

Nous assisterons à ces deux présentations : l’une culturelle et consciente de l’importance de son patrimoine pour l’image de la Ville et son développement futur et…..une toute autre !

Nous invitons tous les défenseurs du patrimoine mulhousiens à participer nombreux à ces deux rendez-vous.

Lundi 24 rv parking buffon à 12h
Mardi 25 rv halle du marché couvert à 12h

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Mulhouse
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 20:04

Le vendredi 16 septembre dernier, à l’initiative du collectif « Sauvons l’Hôtel Weber » constitué de citoyens et soutenu par la Société Engelmann, le Cercle Républicain 68, Europe Ecologie-les Verts et le Parti Communiste Français section de Mulhouse, s’est tenue une réunion publique sur le thème de la sauvegarde du patrimoine industriel mulhousien.

Plus d’une cinquantaine de personnes ont répondu à l’appel du collectif, et sont venues écouter les interventions de Jacques Ballouey, Philippe Jehin et Pierre Fluck. A l’issue de ces interventions, de nombreux participants ont souhaité prendre la parole et exprimer leurs craintes quant au sort réservé au patrimoine industriel mulhousien.

illustrations 0102Pierre Fluck. Photo CL.

A cette occasion, la section mulhousienne du PCF a réaffirmé son soutien au Collectif « Sauvons l’Hôtel Weber » et au combat que celui-ci a entrepris de mener contre les démolisseurs :

"Les militants de la section de Mulhouse du Parti Communiste Français ont à cœur de s'associer activement au combat qui nous réunit aujourd'hui, à savoir le sauvetage de l’hôtel Weber, et plus largement la sauvegarde du patrimoine industriel de Mulhouse et de sa région. Ce combat n’est pas un combat d’arrière-garde, ça n’est pas un combat passéiste ni nostalgique, bien au contraire !

Nous parlons ici du présent, et de l’avenir de notre ville et de ses habitants. Nous parlons ici de politique de la ville : le logement, l’emploi, l’environnement et la qualité du cadre de vie, sont quelques uns des nombreux aspects de notre vie quotidienne qui sont touchés par les décisions de démolition, telles que celle qui menace l’hôtel Weber, et celle qui a déjà ravagé une partie du site de DMC. Au PCF, nous pensons que ces décisions de destruction de friches industrielles et de bâtiments historiques jugés « encombrants » sont prises en dépit du bon sens. Qu’elles sont trop souvent prises uniquement en fonction d’ambitions économiques illusoires. Que ces décisions répondent aux appétits des promoteurs immobiliers et autres spéculateurs, sans se soucier de consulter les habitants des quartiers concernés. Qu’elles ignorent enfin les solutions de préservation d’un patrimoine qui, s’il était judicieusement mis en valeur, représenterait un véritable atout pour l’économie et le développement de notre ville et de notre région. Les experts et les universitaires présents ce soir en parleront bien mieux que nous.

Pour conclure, rappelons que nous parlons également de mémoire et, osons le « gros mot », de culture : celle d’une ville à l’architecture et à l’histoire marquées par sa forte tradition ouvrière, une ville riche des valeurs héritées de son passé industriel : le travail, le collectif, la solidarité, l’action citoyenne. Chaque coup de pelleteuse dans notre patrimoine est une tentative de plus pour annihiler ces valeurs. Résistons et ripostons !"

Le dimanche 18 septembre, toujours à l’initiative du Collectif « Weber », Mme Marie-Claire Vitoux, historienne et universitaire, a tenu, en présence d’une cinquantaine de personnes, une passionnante conférence en plein air à l’entrée du site de DMC en cours de démolition.

illustrations 0225Visite et conférence sur le site de DMC, dimanche 18 septembre. Photo CL.

illustrations 0237Marie-Claire Vitoux. Photo CL.

illustrations 0205

La filature, un bâtiment bientôt « classé » ? Dimanche 18 septembre. Photo CL.

Jeudi 22 septembre, en fin d’après-midi, nous apprenions qu’un nouvel incendie s’était déclaré sur le site de DMC.

P1030297Incendie sur le site de Superba. Jeudi 22 septembre. Photo AG.

Tous les membres du collectif Weber ont tenu à réagir, et ces réactions ont été publiées dans la presse locale (L’Alsace et les DNA) dès dimanche 25 septembre. Vous pouvez lire ici le communiqué du PCF Mulhouse :

"Moins d’une semaine après les Journées du Patrimoine et les deux manifestations organisées par le collectif «Sauvons l’Hôtel Weber» - dont la visite, dimanche, du site de DMC - un nouvel incendie s’est déclaré jeudi soir sur la friche industrielle de Superba. Cette fois, l’incendie a touché le bâtiment de la filature, contre lequel étaient entassés de nombreux débris de bois issus de la démolition du bloc vapeur. Lors de la visite du site dimanche dernier, nous avions pu constater que les gravats, au lieu d’être rassemblés en tas à bonne distance de la filature, avaient été amassés le long des murs déjà fragilisés de ce bâtiment qui devait être «prochainement classé» (l’Alsace du 23 septembre 2011).

Nous nous interrogeons sur plusieurs points. Pourquoi ces débris de bois ont-ils été déposés à même la façade de la filature ? Pourquoi n’a-t-on pas pris plus de précautions si ce bâtiment devait être «prochainement classé», et donc «préservé» ? Peut-on vraiment croire à une coïncidence ? Nous sommes en droit de nous poser ces questions, à l’heure où l’appétit insatiable des démolisseurs et autres spéculateurs immobiliers dévore des parts importantes du patrimoine industriel mulhousien."

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Mulhouse
commenter cet article
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 12:53

Vous ne pouvez pas participer à la fête de l’Humanité ? Alors soutenez le «  Mouvement Sauvons l’hôtel Weber » qui organise une soirée-débat avec projection de photos, vendredi 16 septembre à 20h15, salle Sainte Marie, 44 rue des Franciscains, Mulhouse.

La section de Mulhouse du PCF fait partie de ce mouvement.

flyer-hotel-weber-recto

flyer-hotel-weber-verso

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Mulhouse
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 16:19

Construit au 18ème siècle, c’est un bâtiment typique des débuts de l’industrie textile à Mulhouse, il rappelle l’architecture des hôtels particuliers de cette époque. Il est implanté au 6-14 Boulevard Roosevelt près de la clinique du Diaconat auquel il appartient. Entouré d’un grand et magnifique espace bois protégé (ZPPAU), cet ensemble comprend aussi des écuries d’époque et une petite conciergerie.

Malgré son inscription à l’inventaire des bâtiments historiques, la maison Weber est l’objet d’un permis de démolir. Avec l’acquisition de la clinique Saint-Sauveur par le Diaconat, le projet de construction d’un plateau technique de soins de 10.000 m² est gelé. Pourquoi détruire alors ce bâtiment qui n’a rien d’une ruine et reste toujours occupé et utilisé. Après la destruction du bloc vapeur de DMC, l’Hôtel Weber va-t-il subir le même sort ? Va-t-on dilapider ce capital du passé forcément limité ?

La ville de Mulhouse a pourtant obtenu le label « Ville d’Art et d’histoire » en mars 2009. Cela montre la richesse du patrimoine de Mulhouse qui, une fois mis en valeur, peut être un atout pour le tourisme et l’économie locale. Nous demandons donc à monsieur le Maire de renoncer à la démolition et d’étudier toutes les possibilités pour sauvegarder l’Hôtel Weber afin de l’intégrer ce vestige du siècle des Lumières au centre-ville du 21ème siècle.

Les signataires

Signer la pétition en ligne

A lire également, si vous disposez d'un compte Facebook...

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Mulhouse
commenter cet article
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 20:50

HD-juillet10.pngAprès avoir participé à la cérémonie officielle du 14 juillet Place de la Réunion, je me suis mêlé à la foule nombreuse venue assister aux animations traditionnelles à cette occasion, au Nouveau Bassin.  Là, avec quelques amis, nous nous sommes livrés à un petit sondage consistant à demander, principalement à des jeunes de toutes origines, au hasard des passages, quels symboles leur rappelaient ces festivités. Une infime minorité a évoqué la prise de la Bastille.

Rien d'étonnant  quant on voit que depuis des décennies les célébrations du 14 juillet privilégient les défilés et prises d'armes au détriment de l'historiographie révolutionnaire. Il faut croire que la Révolution française demeure explosive : pour la première fois dans l'histoire, des va-nu-pieds ont pris consciemment leur destin en main, se libérant des peurs ancestrales et générant du même coup, un formidable progrès pour la société tout entière. Tocqueville, qui disait à juste titre: "on est de sa classe avant d'être de son opinion", qualifiera  cet évènement  "trop important, trop mêlé aux intérêts de l'humanité, et trop vaste sur toutes les parties du monde pour ne pas devoir être remis en mémoire aux peuples à l'occasion de certaines circonstances favorables et rappelé lors de la reprise de nouvelles tentatives du genre."

Sa vision est d'une actualité brûlante face à une Vème République du fric et des privilèges à bout de souffle. En effet, ne vivons-nous pas une reféodalisation de la France où s'étalent avec indécence les grosses fortunes, les évasions fiscales et les privilèges que procure le bouclier fiscal, devenu un marqueur des choix sarkozystes? Une reféodalisation de l'Europe qui avec son modèle libéral gravé dans le marbre par le traité de Lisbonne, la "concurrence libre et non faussée", la BCE au-dessus des parlements nationaux,  la Commission européenne  et le FMI, sous prétexte de réduire les déficits lancent une vaste attaque contre les services publics afin de "rassurer les marchés financiers". Une reféodalisation du monde quand les 500 sociétés transcontinentales privées les plus puissantes contrôlent 52% de toutes les richesses produites en une année sur toute la planète.

Tout cela aboutit à un creusement profond des inégalités en France, en Europe, dans le monde, et constitue une atteinte injustifiable à la liberté et à la justice sociale. Ainsi, sous la vitrine clinquante du monde moderne, des malheurs anciens prospèrent toujours. C'est pourquoi, la Révolution française, au-delà de ses formes, a délivré un message qui demeure actuel.

Aujourd'hui les citoyennes et les citoyens doivent s'unir pour réclamer justice. Une nouvelle nuit du 4 août contre les privilèges, l'argent roi et pour l'égalité, la justice sociale, fiscale et environnementale devient indispensable.

 

Auguste Bechler

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Mulhouse
commenter cet article
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 18:53

La décision du conseil d’agglomération de la M2A de reporter les extensions Nord et Est du réseau de tram est un mauvais coup porté contre les populations concernées et un non respect du vote des électeurs qui se sont déterminés sur ce projet d’extension proposé par l’équipe Bockel / Rottner  lors des élections municipales.

La délibération qui s’est soldée par cette prise de décision  laisse perplexe, tant la démocratie est une pratique ignorée dans cette instance.

Les raisons qui avaient prévalu au choix de l’extension il y a quelques années sont encore vraies aujourd’hui, d’une part une forte attente de la population et de l’autre, le respect de la loi Grenelle et du Plan Climat.

Que s’est-il passé et pourquoi cette décision ?

La conjoncture économique actuelle n’explique pas tout. C’est un choix politique qui va à l’encontre de l’intérêt général.

La population de la M2A subit en l’occurrence le désengagement de l’Etat contre lequel ni M. Bockel, ni M. Rottner ne se sont battus hier et n’ont visiblement pas l’intention de le faire aujourd’hui.

Le recul gouvernemental sur les engagements antérieurs, cumulé avec la suppression de la taxe professionnelle dont la compensation n’est pas garantie à partir de 2011, plombe indéniablement les finances locales.

Alors pourquoi dans ces conditions avoir fait le choix d’un Partenariat Privé- Public (PPP) qui renchérit le coût de l’opération ? Etant donné que l’investissement prévu devait être remboursé sous forme d’un loyer sur 35 ans. Les PPP permettent l’enrichissement immédiat du privé et l’enchérissement pour les contribuables.

De surcroit s’il s’avère que la création de la M2A a fait l’objet de compromis par des compensations financières coûteuses, J. Marie Bockel appliquerait une politique du donnant-donnant dans laquelle les habitants sont les perdants.

Ils apprécieront d’autant moins les 500 000 euros d’indemnisation aux entreprises à fonds perdus.

Dans ces conditions, les communistes de la M2A demandent une nouvelle délibération dans la transparence totale et dans l’esprit d’une solidarité entre les territoires. Si toutefois la démocratie est encore de mise au sein de cette institution, le choix exprimé par les électeurs des communes concernées par l’extension du tram doit être respecté.

Mulhouse le 9 juillet 2010

Repost 0
Published by PCF Haut-Rhin - dans Section Mulhouse
commenter cet article

Adhérez!

adhesion-oeillet-480.jpg

Rechercher Dans Le Site

Contacts

Contacter la fédération :
PCF Fédération du Haut-Rhin
9 rue de Bantzenheim
68100 Mulhouse
Mail
Contacter le webmaster :
pcfhautrhin[at]gmail[point]com